Julien Winkelmuller et Martin Atanasov en demi-finale du TQO à Berlin.

De bons résultats pour nos Chaumontais.   Hier, nos deux chaumontais se sont qualifiés pour les demi-finales, dont la victoire […]

De bons résultats pour nos Chaumontais.

 

Hier, nos deux chaumontais se sont qualifiés pour les demi-finales, dont la victoire n’apporter autre qu’un … ticket pour Tokyo cet été.

 

Graal de tout sportif, les Jeux Olympiques sont la compétition ultime, un « rêve de gosse » (Jénia Grebennikov – le 27/12/2019). Et hier, en levé de rideau, nous assistions à une bataille entre la Bulgarie, menée par notre coach chaumontais Silvano Prandi, avec dans ses rangs, Martin Atanasov, face à la grande nation du volley qu’est la Serbie, qui n’est ni plus ni moins que … championne d’Europe en titre depuis peu. Après cette bataille, allait avoir lieu le match France – Pays-Bas, qui allait être décisif pour une qualification ou non de nos Bleus, avec dans leurs rangs, un certain Julien Winkelmuller, Juju, bien connu à Jean Masson.

 

 

Le décor étant planté, partons du côté de la Max-Schmeling Halle de Berlin.

 

La Bulgarie, première de la poule.

 

La Bulgarie est la première équipe à avoir obtenu son ticket pour les demi-finales dans cette poule B du TQO à Berlin. Ils ont obtenu ce ticket après avoir gagné 2 sets lors de la victoire 3-2 face à la Serbie (25-21 , 24-26, 25-22, 20-25, 15-13) afin de rester invaincus. Le résultat final a d’ailleurs quasiment anéanti les espoirs serbes, sachant que seule une victoire néerlandaise face à la France en 3 sets secs pourrait les sauver.

 

La puissance bulgare.

 

Face à la puissance bulgare au service, à l’attaque et au bloc, la Serbie a répondu de façon intelligente et sournoise avec Uros Kovacevic se jouant du bloc adverse.

Le premier set fut serré jusqu’à 12-12, après quoi la défense serbe n’arrive plus à contenir la puissance de feu bulgare via le bras de leur attaquant de pointe Tsvetan Sokolov, qui mènera ses coéquipiers au gain du set 25-21.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

La malice serbe égalise.

 

Le second set a offert une féroce bataille, avec de fréquents changements de mène au score. Sokolov garda son épaule en feu, mais Kovacevic continu de se jouer des bloqueurs bulgares avec brio. Et c’est bien la Serbie qui empoche cette seconde manche, 24-26.

 

Les Bulgares reprennent la main.

 

Mais la Bulgarie s’est vite remise d’une rapide échappée serbe, revenue de 2-7 à 19-19. Puis ils ont pris le contrôle de la table de marque. Todor Skrimov montre la voie avec 7 points, mais c’est Aleks Grozdanov avec son attaque au centre qui permettra aux Bulgares d’exulter après le gain de ce 3e set, le 2e pour eux, synonyme du demi-finale, 25-22.

 

Des changements côté bulgare.

 

Libérés de toute tension, notre coach Silvano Prandi a effectué 7 changements dans son équipe, remplaçant tous ses joueurs. Du côté serbe, Slobodan Kovac ne pense pas avoir de faux pas de l’équipe de France plus tard dans la soirée, ne croyant pas à une surprise des Pays-Bas, il a lui aussi mis ses joueurs clés sur le banc.

 

Les frères Penchev mettent un terme au match.

 

La Serbie a gagné le 4e set 25-20, mais dans le tie-break, les Bulgares ont eu la main plus lourde. Avec les frères Penchev (Rozalin et Nikolay) au cœur d’un 6-2, ils ont réussi à renverser une situation mal embarquée 9-11 en victoire 15-13. Tsvetan Sokolov a marqué quant à lui 20 points en 3 sets, assez pour finir meilleur marqueur de la rencontre.

 

 

Martin Atanasov de son côté a scoré par 6 fois.

 

Interviews

 

Silvano Prandi, Coach de la Bulgarie et du CVB : « Oui, c’est un pas de plus fait pour nous. Mais je pense que notre équipe, qui s’améliore de jour en jour, est impatiente de savoir ce qui va se passer. Je ne sais pas, mais chaque joueur s’améliore, grâce au moral grandissant, mais aussi des conditions techniques. Demain, nous jouerons l’Allemagne n’est-ce pas ? Ça sera intéressant. Il y a une bonne atmosphère, avec un beau public. Un grand événement a besoin de tout cela. »

 

 

 

 

 

 

 

Nemanja Petrić, Capitaine de la Serbie : « Je ne sais pas quoi dire après ce match difficile pour nous. Nous pensions pouvoir valider notre ticket pour Tokyo. Pour certains d’entre nous, en fait tous, c’était notre rêve et ce n’est pas facile de dire quelque chose maintenant. La Bulgarie aujourd’hui était bien meilleure, nous devons le dire, ils méritent leur victoire. Ils étaient bien plus aggressifs. Ils ont très bien servi et c’était difficile de jouer contre eux quand ils servent comme cela. »

 

 

 

 

 

 

 

Retrouvez les meilleurs moments du match en vidéo :

 

 

 

 

 

 

 

 

La France file en demi-finale, dès le premier set.

 

 

De l’autre côté, la France a validé son ticket, finissant 2nd de la poule B. L’équipe de France jouera face à la Slovénie aujourd’hui pour cette première demi-finale. Les Pays-bas quant à eux son éliminés, terminants à la dernière place de la poule.

Le pointu néerlandais Nimir Abdel-Aziz finit cette rencontre meilleur marqueur avec 16 points.

Le coach français Laurent Tillie a changé toute son équipe dès lors qu’ils ont mené 2-0.

Wouter Ter Maat (14 points) a fini avec la meilleure réussite à l’attaque (68%).

 

 

 

 

La France devait gagner un seul petit set face aux Pays-Bas pour être sûr de finir 2nd de cette poule B. Et ils l’ont fait. Ils ont gagné les deux premiers sets avant que leurs adversaires trouvent les moyens pour revenir avec une victoire 3-2 (21-25, 20-25, 25-22, 25-19, 15-11), leur première (et dernière) dans ce TQO.

 

Toniutti valide le ticket.

 

A 17-19, c’était la première fois qu’un break avait été concédé dans ce premier set. Les Français n’ont plus laissé partir cet avantage, et obtiennent grâce à un ace de Benjamin Toniutti, la clôture de ce set à 21-25. L’équipe de Laurent Tillie était alors sûre de rejoindre les demies.

 

Les Bleus tout en contrôle.

 

Mais ils continuèrent à rester tout en contrôle dans ce deuxième acte, gagné 20-25, en dépit de la grosse performance du pointu néerlandais, Nimir Abdel-Aziz, et ses 11 points.

 

 

 

 

 

Changement radical de joueurs, place à Julien Winkelmuller.

 

Le coach français décida alors de changer toute son équipe pour la suite de la rencontre. Roberto Piazza aussi changea son équipe, mais les Pays-Bas ont réussi à remettre les deux équipes sur le même pied d’égalité après les gains des sets 3 et 4 : 25-22 et 25-19.

 

Un tie-break sous l’égide de Wouter Ter Maat.

 

 

 

Ils ont montré leur supériorité également lors du tie-break, prenant le large de bout en bout, grâce à Wouter Ter Maat qui terminera le match à 15-11. Nimir Abdel-Aziz n’a pas joué les 3 derniers sets, mais les 16 points qu’il a marqué dans les deux premiers, le place en haut du tableau des marqueurs de la rencontre.

 

Julien Winkelmuller a pu donc, à partir du 3e set, faire sa rentrée sur le terrain sous le maillot tricolore. Il a marqué 9 points dont un ace dès son premier lancé ! Cela a permis d’entendre parler du CVB sur La Chaîne L’Equipe.

 

 

Interviews

 

Benjamin Toniutti, Capitaine de l’équipe de France :  « Nous savions avant la rencontre que nous n’avions besoin que d’un seul set à gagner pour filer en demi-finale, et nous avons gagné le premier set. Ils ont bien joué, ils ont même joué leur meilleur match du tournoi, mais nous sommes heureux d’aller jouer ces demi-finales. Et nous n’avons pas beaucoup de temps pour nous reposer et profiter des soins, mais nous allons tout faire pour être prêts pour la bataille demain face à la Slovénie. »

 

 

Nimir Abdel-Aziz, Capitaine des Pays-Bas : « Au moins, nous repartons avec une victoire. Nous avons pris quelques sets et c’est tout. ON retourne à la maison avec une victoire et c’est bien. Mais notre niveau n’était pas bon, alors que les gars qui sont rentré sur le terrain aujourd’hui, ceux qui n’avaient pas joué, ont montré un bien meilleur visage et niveau, et pour cela, je suis content. »

 

 

Retrouvez les meilleurs moments du match en vidéo :