Sans la victoire, mais quel spectacle!

Le CVB52 s’incline face à Novosibirsk trois sets à deux au terme d’une rencontre haletante de plus de deux heures et […]

Le CVB52 s’incline face à Novosibirsk trois sets à deux au terme d’une
rencontre haletante de plus de deux heures et demi (27-29, 25-22, 25-18, 19-25, 15-17)

 

Six de départ CVB52 : Gonzalez, Boyer, Mijailovic, Louati, Vandoorn,
Aguenier, Mouiel
Entraîneur : S. Prandi

 

Six de départ Lokomotiv Novosibirsk : Lukyanenko, Grozer, Savin, Rodichev, Smolyar, Kurkaev, Martynyuk
Entraîneur : Plamen Konstantinov

 

 

SET1

Louati reste dans la continuité de la précédente rencontre de championnat avec des mises en jeu intelligentes. Le pointu Grozer effectue un début timide mais son coéquipier au centre déploie son 2.08 pour commencer un récital qui va durer la partie entière.  Grozer retrouve des sensations avec deux missiles au service. Vu de derrière, les ballons arrivent à la vitesse du boulet. Les russes passent devant (8-9) alors que Boyer prend ses marques également. La situation s’équilibre à 12-12 avec le premier challenge vidéo réclamé par Chaumont, un moyen de vérifier si l’adversaire commet une faute : perdu. Quelques fautes côté russe et des choix adverses au bloc précipités rendent la vie plus facile aux Chaumontais (16-15). L’ambiance prend dans cette salle et les supporters habituels ne sont plus seuls à relancer les applaudissements. Boyer peine à l’aile, mis en échec deux fois sur balle haute (18-19). Carton jaune pour Divis habitué aux contestations mais le CVB n’est pas encore passé par le centre. Un volley fait de puissance et finalement peu de défenses dans un jeu où chacun cherche le point de rupture (21-21). Par deux fois le central Van Doorn trouve la voie, élargissant le champ des attaques possibles pour son passeur (23-23). Gag en défaveur du CVB52, alors que le bloc gagnant de Gonzalez est interrompu par une sonnerie déclenchée de façon intempestive. L’arbitre remet le point et tout cela vaut cher à ce moment de la partie (23-24). Duel tactique avec des temps-mort demandés de part et d’autre. Quatre balles de set effacées par le CVB (27-27) et faute de placement des russes, mais le premier arbitre remet une nouvelle fois le point…de quoi agacer. Changement pour Novosibirsk après une sortie provisoire du central Kurkaev. Challenge vidéo pour Chaumont qui pense que l’attaque de Mijailovic a été touchée sur la cinquième balle de set. Perdu encore et le CVB s’incline avec les honneurs sur cette manche (27-29).

 

 

SET2

Gonzalez suspend son envol pour un bloc sur un Divis incrédule. Première défense des russes, faisant durer l’échange finissant par le gagner. Le fond de jeu reste perfectible pour Novosibirsk mais les possibilités à l’attaque semblent infinies (8-6). Au bloc aussi où Mijailovic rend les armes devant un building placé devant lui. Les chaumontais perdent un peu le fil, et Prandi demande donc un temps mort (8-9). Boyer ajuste la mire au service et les chaumontais doivent s’appuyer sur de solides mises en jeu mais la prise de risque reste totale avec quelquefois un inévitable déchet (11-11). Quelle hauteur pour le géant et central Kurkaev, quasi inarrêtable lorsqu’il reçoit le bon ballon (14-14). Impossible pour le CVB52 de défendre lorsque le ballon revient en situation idéale pour le passeur adverse. La sanction tombe systématiquement par les ailes ou ailleurs (15-16) : premier écart alors que Boyer bute sur le bloc adverse. Au bloc aussi, les Chaumontais prennent de la hauteur (18-18). Le passeur russe promène les chaumontais et s’installe sur le terrain comme dans son canapé. Les chaumontais font mordre la poussière à Grozer (22-20). On assite à un duel tactique entre les entraîneurs avec des temps-mort réclamés des deux côtés. Challenge vidéo sur un service du même Grozer et point pour le CVB qui obtient deux balles de set (24-22). Boyer fait mal au ballon avec une attaque façon enclume, le CVB égalise (25-22).

 

 

SET3

Les Chaumontais démarrent fort comme lors des deux sets précédents (4-1). Les échanges se prolongent quelquefois et le CVB ne fait pas toujours tomber le ballon quand il le faut (5-5). Grosse série au service de Rodichev qui amuse la réception chaumontaise (5-7). Que d’efforts faut-il déployer pour entamer les certitudes de cette formation de Novosibirsk! Pas infaillible pourtant cette équipe russe qui commet des fautes à l’image de Grozer qui s’use sur le bloc chaumontais (12-9). Challenge vidéo demandé par le CVB52, le service de Louati est finalement jugé bon (13-9). Divis laisse trop d’écart sur sa gauche et Louati prolonge le plaisir au service (14-9). Quelques changements côté russe avec l’entrée Savin mais Chaumont déploie un rideau infranchissable au bloc (16-10). Le corps arbitral plonge quelquefois les joueurs dans le doute avec des hésitations au moins dans leur attitude et ce, des deux côtés précisons-le. Kurkaev ne possède pas le service le plus puissant mais place habilement ses ballons à l’instar de Louati quelques minutes plus tôt (18-14). Challenge vidéo pour les Russes qui réclament une faute au filet du CVB, gagné pour Novosibirsk (18-15). Savin bloque Boyer mais Louati remet tout le monde dans le sens de la marche (20-16). Grozer fatigue aussi sur ses mises en jeu. Problème au niveau du score et interruption de jeu. Les russes sont de bonne foi semble-t-il mais Louati patiente au service en perdant le rythme. Boyer joue bien par-dessus le bloc en variant ses effets. En voilà un dont on savait déjà qu’il était ami avec le ballon (23-18). Aguenier prend sa routine au service et termine la manche par un ace (25-18).

 

 

SET4

Avec Le gain de la troisième manche, le CVB52 prend déjà un point. Le passeur de Novosibirsk est un gamin de 21 ans qui s’amuse sur le terrain et ill a raison, car c’est un jeu. Ses engagements mettent le CVB en difficulté, déjà 0-4 pour les russes. Boyer connaît quelques-uns de ces joueurs russes qu’il affronte en sélection nationale. Le jeune central russe se fait copieusement siffler sur ses mises en jeu, le public n’aimant pas qu’on lui dise ce qu’il doit faire. Malheureusement pour lui, il met souvent la balle dans le filet au service pour le bonheur du public, mais quel bras en attaque (7-11). Une certaine fatigue s’installe chez les Chaumontais et l’on se demande comment ils pourront surmonter un handicap de 6 points tant le jeu des russes paraît encore facile à ce moment de la partie (7-13). Les mines s’assombrissent alors que l’inévitable arrive doucement (8-16). Les changements arrivent: Saeta, Ben Tara, Sinkkonen, Duquette rentrent (12-18). Les remplaçants font un peu jouer Novosibirsk dont l’avance ne fond pas encore complètement (17-21). Temps-mort aussi pour le CVB52 avec Prandi qui veut encore penser que son équipe peut revenir (18-23). Balle de set rapidement cependant, Grozer termine le travail (19-25).

 

 

SET5

Les Chaumontais aimeraient bien inscrire cette formation russe à leur carnet de bal. Le six de départ de la première manche commence la cinquième. Kurkaev reste immense au centre mais Van Doorn lui donne la réplique (4-4). Challenge vidéo demandé par les russes sur cette attaque jugée dehors. L’attaque de Grozer était bonne finalement tout comme ce service missile (5-6). Louati égalise puis nouveau challenge vidéo des russes, perdu cette fois (7/7). Grozer marque encore (8-7), Aguenier égalise (9-9), ace de Rodichev (9-11) et Van Doorn maintient le fil de vie (11/12). Gros échange et la salle s’enflamme lorsque Louati dépose un ballon par dessus le bloc qui vient mourir dans le terrain adverse (12-12). Boyer dévisse sur un ballon de contre-attaque. Challenge vidéo demandé par notre équipe, perdu (12-13). Temps-mort Chaumont puis balle de match Novossibirsk sur cette attaque bloquée de Louati (12-14). La première est effacée. Les russes regardent passer une attaque placée de Boyer (13-14). Réflexe énorme de Boyer sur une défense et égalisation du pointu chaumontais (14-14). Nouvelle balle de match effacée après un nouveau miracle (15-15). Victoire des russes finalement après une faute directe de Louati. Le CVB52 trempait dans l’eau bouillante depuis un bout de temps (15-17). Les chaumontais auront marqué autant de points que leur adversaire (111).

Le Chaumont Volley-Ball 52 ne peut sortir que grandi de ces rencontres de haut niveau. Sans la victoire certes, mais avec un point marqué quand même. Quel spectacle !